TV HEAD

Desert sessions - 11 & 12

On a été nombreux, les petits cons, persuadés d'être rebelles et originaux en écoutant "Rage again the machine" et "System of a down" et aujourd'hui on est un paquet de vieux con qui se rendent compte que le premier est autant anti-capitaliste que moi curé qui fait des messes à la Bourboule (avec une choral gospel !) et que le deuxième est composé de grands amis qui ne se regardent jamais avec un chanteur neurasthénique la main sur l'oreille façon I Muvrini pour, au final, chanter moins bien que l'époque ou il sautais partout...

Après, je ne suis pas autant atteint que ceux qui s'auto persuadent d'être "hors norme" et crachent sur tout ce qui sort de leur norme (bisou aux traumatisés de la présence de Babymetal au Hellfest !) ou que ceux qui se ruent sur tout ce qui n'est pas trop connu, car ce sont des vrais, eux, ils n'écoutent pas "Metallica", mais "insérer le nom d'un obscure groupe de black metal péruvien connu par 12 personnes au monde"...
Bon, j'ai fait partie de cette dernière catégorie, il est temps pour moi de faire mon mea culpa, mais j'ai jamais participé à la guerre "rap vs metal" (bisou aussi aux traumatisés de la présence de Svinkel au Hellfest !), ça compense ?


Avec le temps, on évolue (ou pas pour beaucoup...) et on s'assume beaucoup plus et c'est cool, ça permet de faire le trie des gens avec qui parler musique et, au final, d'écouter beaucoup plus de disque en se faisant d'avantage plaisir. Préférez toujours les passionnés aux puristes !
Et sans cette mentalité, je n'aurais jamais écouté ces "Desert session", car il faut avouer que si j'ai beaucoup aimé "Queen of the stone age", Josh Homme commençais à passablement m'ennuyer.


Trop lisse, sans cette énergie autant crade que nonchalante, trop FM pour le rebelle en carton que j'étais, j'avais décroché. Cette évolution se sent dans ces "Desert session", pas de Mark Lanegan remplacé par Jake Shears par exemple, mais j'ai suffisamment évolué pour comprendre ce changement.
Je serai passé à côté de ce disque comme un con (je dis beaucoup "con" dans cette chronique !), car dans cette grande partouze musical se trouve quelques perles qui, certes, s'éloignent du stoner bien gras pour lorgner vers la pop comme sur le très " David Bowie" " Easier said than done".


Clairement plus accessible et propre que par le passé, même si certains titres retrouvent la fougue d'avant ("Crucifire"), c'est un album bien cool à écouter et je ne me ferais pas chier à vous faire la liste des invités, vous pouvez la trouver de manière plus ludique sur le site officiel.


Bio

Autres postes